• La photographie au sténopé

Télécharger version PDF

balancoire.jpgechelle.jpg

 

J’utilise un boîtier numérique reflex mono-objectif (DSLR), un Canon D30 à capteur CMOS de 3.5 mégapixels. L’objectif est remplacé par un sténopé fait d’un morceau de carton un d’un papier d’aluminium troué.

 

untitled1y.jpguntitled1copy1.jpg

Ça se faisait avec les «vieux boîtiers argentique» 35mm dans les années 1970. La renaissance de la photographie au sténopé au cours des années 1960 à fait des vagues. Il y avait déjà 4 ou 5 modèles d’appareils à sténopé commerciaux disponibles ; mais la chose branchée était de fabriquer soi-même un appareil avec du matériel peu coûteux (boîte de café, boîte de cigares, etc.) et d’utiliser du papier photographique ou du film en feuille comme support. C’était l’époque de la contre-culture et les procédés alternatifs «zéro-technologie» dans tous les domaines étaient en vogue. Fabriquer son yogourt, cuire son pain…

L’avantage d’utiliser un appareil photographique traditionnel avec un sténopé est d’avoir un viseur précis et d’enregistrer l’image sur du film (couleur ou noir et blanc) ou un support numérique, et, la possibilité d’exposer plusieurs clichés sans avoir à recharger l’appareil en chambre noire.

Par extension, la photographie avec des appareils munis de mauvais objectifs (loupe, lentilles non corrigée ou avec des défaut, Lensbaby, Sima SoftFocus ) fait partie de la grande famille des sténopés. Beaucoup d’artistes utilisent des appareils modifiés, des caméras jouets ou des copies bon marché d’appareils allemands (Diana, Holga, Seagull, Lubitel, Kiev) fabriquées en Russie ou en Chine. Ces appareils font des photos avec des défauts très typiques (aberrations chromatiques, flou, taches de lumière, etc) recherchés par les artistes.

Aujourd’hui, la lomographie (du nom de l’appareil russe Lomo) est très populaire. Il y a eu une exposition il y a quelques années à la Maison de la culture Frontenac dans le quartier Centre-Sud de Montréal parainée par la société de lomographie.

Il y a actuellement 4 grands courants de photographie au sténopé:

 1. Les puristes
Utilisent des appareils fabriqués à partir de divers contenants (boites d’allumettes, de chaussures, de céréales, contenants métalliques de tous formats pour conserves). Utilisent du film en feuille, du film à développement instantané ou du papier photographique. L’expérimentation et l’instinct sont essentiels et les résultats sont souvent imprévisibles. Le temps d’exposition est très long ( le papier a une sensibilité de 4 à 6 ISO et le sténopé une luminosité approximative de f/250) l’appareil doit demeurer immobile plusieurs minutes pour la pose. Il faut recharger l’appareil (en chambre noire) de surface sensible à chaque cliché ou utiliser plusieurs appareils.

 2. Les traditionnels
Utilisent des appareils classiques amputés de leur objectif qui sont remplacés par un sténopé fait de carton et de papier d’aluminium ou utilisent une lentille alternative non corrigée. Ce recyclage d’équipement donne des résultats plus prévisibles grâce au viseur et l’utilisation de film en feuille, film en bobine 35mm et 120, de film Polaroid ou Fuji, ou de papier photographique pour les chambres grand format. Il est possible d’exécuter certaines prises de vue à main levée avec des films de 800 ISO. Le film en bobine permet de nombreux clichés avant de recharger l’appareil.

 3. Les pratiques
Utilisation d’appareils commerciaux dédiés à la photographie au sténopé (avec ou sans objectif) avec viseur utilisant du film en feuille, du film en bobine 35mm et 120, du film Polaroid ou Fuji, ou du papier photographique. Pas de bricolage, prêt pour utilisation immédiate. Les prix varient de pas cher (appareil usagé) à très cher (appareil en bois de rose avec garnitures en cuir et en cuivre !). Les appareils avec lentille rendent la prise de vue à main levée possible avec des films de sensibilité moyenne.

 4. Les modernes
Utilisent la technologie du capteur numérique (chambre grand format, boîtier reflex, web cam, appareil modifié…) sans objectif ou avec objectif alternatif (loupe, morceaux de verre ou de plastique). L’image est un fichier numérique devant être obligatoirement traité à l’ordinateur. De pas cher (web cam ou caméra de surveillance, mais doit être relié à un ordinateur portatif pour la photo extérieure) à plusieurs milliers de dollars pour un capteur professionnel à haute résolution (et qui doit être relié à un ordinateur en permanence) en passant par les boîtiers format APS, 35mm ou format moyen utilisant des cartes-mémoires. Certains anciens appareils numériques, presque sans valeur monétaire, peuvent être facilement modifiés. Les appareils avec lentille rendent la prise de vue à main levée possible en utilisant une sensibilité moyenne. De plus, l’instantanéité du résultat, tout comme les films à développement instantané, permet une interaction rapide dans le processus de création.

Au sujet des tirages
Traditionnellement, les tirages se faisaient sur du papier photographique à partir de négatifs (film ou papier) par contact si le négatif est grand ou en utilisant un agrandisseur s’il était de petit ou moyen format.

Depuis l’arrivée de la photographie numérique la chaîne d’opérations est plus diversifiée. Il y a un parallèle avec la reproduction musicale. Il y a les CD dits DDD (enregistrement numérique, mixage numérique et gravure numérique) et des CD AAD (enregistrement analogique, mixage analogique et gravure numérique) et il existe des ADD (enregistrement analogique, mixage numérique et gravure numérique). Les AAA étaient les supports magnétiques (bobines magnétiques, cassettes compactes, disques vinyles, rouleaux de cire). Les cassettes DAT, les MiniDisc, les CD, les DVD, les cartes mémoires et l’archivage sur disques durs sont des supports numériques.

Revenons à la photo. Il y a des photos AAA (prise de vue analogique, traitement analogique, tirage analogique) et des photos DDD (captation numérique, traitement numérique, tirage numérique). Mais il y a toutes sortes de combinaisons possibles. ADA : prise de vue sur film, numérisation du négatif et traitement numérique, tirage sur du papier photographique. ADD : même chose, mais tirage numérique (imprimante à jets d’encre, piezo, laser ou autre). AAD : serait un tirage classique numérisé (sans traitement informatique) et retiré en numérique. DDA : captation numérique, traitement numérique et tirage sur du papier photographique. Et on trouve aussi DAA : captation numérique, internégatif et tirage sur papier photographique.

Il est utile de souligner qu’avec l’arrivée des encres pigmentées archiviques pour les imprimantes à jets d’encre, les tirages piezo sur du papier fibre sans acide promettent une espérance des vie de 200 ans ; ce qui est plus que les tirages argentiques et les Cibachromes. Plusieurs autres méthodes de «tirage» sont possibles : lithographie, sérigraphie, etc. Sans oublier la diffusion électronique (couriel, site web, ordinateur et visionneuse de poche, lecteurs mp4, téléphones, ordinateur de poche, CD ou DVD), où l’image virtuelle est destinée à être visionnée sur un écran, dans ce cas elle n’est pas même pas physique.

Qu‘est-ce qu’une photographie numérique ?
La chaîne DDD (celle que j‘utilise exclusivement) est évidente. L’acte de photographier, donc d’écrire avec de la lumière ( photographier : de phôtos : lumière et graphein : écrire ) se déroule à la prise de vue. Ce qui détermine si la photographie est analogique (enregistrement argentique sur film ou papier) ou numérique (fichier informatique). Il peut y avoir un traitement numérique à la suite d’un enregistrement classique, mais cela n’en fait pas une photo numérique. La même question se pose en vidéo et en cinéma.

Ansel Adams, comparant la photo à la musique, disait que le négatif est comme une partition et que le tirage est une performance. Donc le but est d’avoir un négatif (ou un fichier numérique) parfait. Le tirage permet un rafinement supplémentaire et d’obtenir des variations.

Beaucoup de puristes disent que la photographie numérique n’est pas de la photographie. Probablement qu’ils n’écoutent pas de CD, ne regardent pas de DVD et ignorent les nouvelles technologies d’information de communication numérique : le cellulaire, l’internet, le courriel et la radio numérique par câble ou par satellite, la vidéo et la télé numériques, les lecteurs mp3/mp4, puisqu’ils ne seront pas analogique  Quelle tristesse !

Bref, je fais des images avec un sténopé numérique. Ce qui compte, c’est de maîtriser son outil (médium) d’en connaître les possibilités et les limites afin qu’il devienne l’extension de son œil. Rien de plus. J’enregistre ce que je vois et ressens et mes images sont exactement ce que je veux qu’elles soient. Mon expression est précise et contrôlée. Ce qui compte pour moi, c’est le résultat : toucher le spectateur, lui transmettre une émotion. Je ne suis qu’un simple trait d’union.

Comment construire un sténopé pour un boitier numérique



9 commentaires

  1. Christian Carez 10 janvier

    Cher Monsieur,

    Ceci pour vous signaler que j’ai inscrit votre site comme « lien de la semaine/link of the week »
    sur mon site http://www.christiancarez.net/ consacré au sténopé.

    Bien à vous,

    Christian Carez

  2. Joël 11 mars

    Bel article sur le sténopé !
    Bonne continuation dans cet façon de voir la photo autrement !

  3. Tableau photo perso 24 mars

    J’ai vu une expo des sténopés couleur grand format.
    Le type avait transformé son van et sa caravane en boitié géant et pouvait se ballader dans l’appareil pendant l’exposition.

    Angie

  4. Tableau avec photos 24 mars

    Merci Jean Pierre pour les liens.
    Je n’était pas au courrant pour le hangard transformé en sténopé; incroyable !

  5. Packshot 2 mars

    Article très complet sur le sténopé. Je met vote blog dans mes favoris. Bonne continuation :)

  6. Photographe marseille 13 mars

    Énorme cet article, vraiment complet ! Il faut tout de même de la patience pour ce type de photographie…

  7. online casinos 11 mars

    Can I just say that it is a massive relief to find someone who actually knows what they are talking about. You definitely know how to bring an issue to light and make it important.

  8. popular site 12 mars

    After study a few of the blog posts in your web site now, and I really like your way of blogging. I bookmarked it to my bookmark web site listing and will be checking back soon. Pls take a look at my web page as effectively and let me know what you think.

  9. wilfred naar 30 juin

    bonjour ici wilfred naar
    je vais me lancer dans le sténopé et à cet effet je vais utiliser comme chambre noire le boitier de mon appareil réflex Nikon F = compte tenu de sa focale (46,5 mm) j’ai fait vnir de Londres une ouverture de 1/4 de mm = mais mon gros problème est le viseur = pouvez-vous m’indiquer comment construire un viseur adéquat pour mon Nikon = ou bien existe-t -il sur le marché un viseur pour ce genre de boitier ?
    merci de votre réponse et bien à vous
    w naar

Laisser un commentaire