Ombre

img2084ab.jpg
© Lacroix, 2008

Fougères sous le balcon de Madame Rosalie, jardin de Lezarts (Quartier Centre-Sud)

Qu’est-ce que la vie ?
[...]
C’estune petite ombre qui court dans l’herbe et se perd au coucher du soleil.
Crowfoot, chef Pieds-noirs.



Vide

crw2123a.jpg
© Lacroix, 2008

L’arrosoir de Mademoiselle Mélodie dans le jardin de Lezarts (Quartier Centre-Sud)

La forme n’est pas différente du vide,
Le vide n’est pas différent de la forme;
La forme, c’est le vide; le vide, c’est la forme.
Sutra du coeur

Prise de vue: objectif SIMA



Jardinage

 

crw2117x.jpg
© Lacroix, 2008

Madame Gentiane élaguant les plants de menthe pour dégager la rhubarbe,  jardin de Lezarts (Quartier Centre-Sud)

 

Faire du jardinage, c’est participer activement aux mystères les plus profonds de l’univers.
Thomas Berry

Prise de vue: objectif SIMA



Le Tao

crw2108a.jpg

crw2109a.jpg
© Lacroix, 2008

Un gros orage s’est abatu sur la ville et a laissé des empreintes dans le jardin de Lezarts (Quartier Centre-Sud)

Maître, le Tao pourrait-il se concevoir comme un simple itinéraire, un itinéraire sans but précis ?
Le Tao est la voie qui se dérobe quand on la cherche, la route caillouteuse et ingrate ne menant nulle part [...] Mais pour qui n’est pas crispé sur la risible chimère de la terre promise et des voies censées y conduire, le Tao est un sentier agreste et parfuné où dansent les elfes. Il s’ouvre aimable et riant, sous les pas du promeneur improvisant sa flânerie, du rêveur à l’âme d’enfant tout entier à sa rêverie.
Henri Faliu-Blanc, Entretien intempestif sur le Tao

(suite…)



Universel et individuel

crw2095a.jpg
© Lacroix, 2008

Clématite, jardin de Lezarts (Quartier Centre-Sud)

Notre monde a cessé de tourner autour des grandes valeurs de l’universel et de l’individuel,qui ont causé tant de maux au cours des derniers siècles: l’universalisme est en fait l’idéologie de la conquête du monde par l’une de ses parties, l’individualisme celle de la guerre perpétuelle des uns contre les autres. Notre monde, désormais, va et vient entre l’unicité et la diversité, au-delà ou en deçà de l’individuel et de l’universel. L’unicité est l’originalité absolue de chacun, son inviolable singularité, son irréductible idiosyncrasie, sa rareté, son étrangeté, qui le rend irremplaçable, unique au sens strict, comme toute oeuvre d’art, tout événement, tout lieu, ville ou pays, induplicables, inimitables.

Ce qui ne l’empêche nullement d’appartenir à la diversité, à laquelle elle participe par sa façon toujours singulière de se métamorphoser, comme fait chaque poète ou chaque artiste dans sa manière unique de proposer ses versions de mondes, ses inversions, diversions, perversions, qui marque son style, sa façon particulière de percevoir et de créer le Divers même si elle change avec le temps, sous le ciel variable et sur la terre variée où il vit, prend place et se déplace.

— Pierre Ouellet, préface de L’étonnement et la réflexion d’Alain Médam
_______________
Prise de vue: objectif Sima



12