Universel et individuel

crw2095a.jpg
© Lacroix, 2008

Clématite, jardin de Lezarts (Quartier Centre-Sud)

Notre monde a cessé de tourner autour des grandes valeurs de l’universel et de l’individuel,qui ont causé tant de maux au cours des derniers siècles: l’universalisme est en fait l’idéologie de la conquête du monde par l’une de ses parties, l’individualisme celle de la guerre perpétuelle des uns contre les autres. Notre monde, désormais, va et vient entre l’unicité et la diversité, au-delà ou en deçà de l’individuel et de l’universel. L’unicité est l’originalité absolue de chacun, son inviolable singularité, son irréductible idiosyncrasie, sa rareté, son étrangeté, qui le rend irremplaçable, unique au sens strict, comme toute oeuvre d’art, tout événement, tout lieu, ville ou pays, induplicables, inimitables.

Ce qui ne l’empêche nullement d’appartenir à la diversité, à laquelle elle participe par sa façon toujours singulière de se métamorphoser, comme fait chaque poète ou chaque artiste dans sa manière unique de proposer ses versions de mondes, ses inversions, diversions, perversions, qui marque son style, sa façon particulière de percevoir et de créer le Divers même si elle change avec le temps, sous le ciel variable et sur la terre variée où il vit, prend place et se déplace.

— Pierre Ouellet, préface de L’étonnement et la réflexion d’Alain Médam
_______________
Prise de vue: objectif Sima



Laisser un commentaire