TEMPORA MUTANTUR ET NOS MUTAMUR IN ILLIS

pict0009.jpg
© Lacroix, 2007
Cadran solaire, Jardin botanique de Montréal (photographie à l’infrarouge)

En plus de donner l’heure, le cadran solaire se fait philosophe.

cadrandevise.jpg
© Lacroix, 2007

«GROW OLD ALONG WITH ME THE BEST IS YET TO BE»
Ce sont les deux premiers vers d’un poème de Robert Browning (1812–1889) en hommage au
Rabbi Abraham ibn Ezra (1092-1167), un des grands poètes, mathématicien et astronome du XIIe siècle.
[lire le poème]

 

Voici quelques devises latines (et leurs traductions) observées sur les cadrans solaires. Beaucoup d’entre elles s’appliquent à la photographie qui est tributaire de la lumière.

AEFLICTIS LENTAE CELERES GAUDENTIBUS HORAE : les heures sont lentes pour ceux qui souffrent et rapides
BREVES AMANTIBUS VIDENTUR : elles paraissent courtes aux amants.
CARPE DIEM : Profite du jour présent
CREDE MIHI : Crois moi
ECCE VENIT HORA : voilà l’heure qui vient
EX HIS OMNIBUS UNA SCITIS SED QUAE SIT NESCITIS : Entre toutes tu sais qu’il y en a une, mais tu ne sais pas
GAUDIUM ET LUCTUM FERO : J’apporte la joie et la souffrance
HEU MORTIS FORTASSE TUÆ QUAM PROSPICIS HORA : hélas peut-être est-ce l’heure de ta mort que tu regardes
HORA FUGIT VELUT UMBRA DIES LABUNTUR ET ANNI : l’heure fuit comme l’ombre, les jours et les années
HORA RUIT TEMPUS FUGIT : l’heure se précipite, le temps fuit
LAEDUNT OMNES, ULTIMA NECAT : elles blessent toutes, la dernière tue
laquelle.
LONGA PIGRO VIDETUR HORA : une heure est longue pour un paresseux
LUCEM DEMONSTRAT UMBRA : l’ombre montre la lumière du jour
NIHIL SINE SOLE : rien sans le soleil
NOX MIHI INIMICA : la nuit est mon ennemie
ORAS NON NUMEROS SINE SERENAS : Je ne marque que les heures qui brillent).
PEREUNT ET IMPUTANTUR : Elles passent et nous sont comptées.
pour ceux qui se réjouissent
QUOD ASPICIS FUGIT : ce que tu regardes fuit
s’écoulent
SEMPER AMICIS HORA : Toujours l’heure pour les amis.
SI SOL SILET SILEO. QUI POTEST CAPIRE CAPIAT. Si le soleil se tait, je me tais. Comprenne qui pourra.
SIC TRANSIT GLORIA MUNDI : ainsi passe la gloire du monde
SILENS LOQUOR : je parle en me taisant
SOL LUCET OMNIBUS : le soleil se lève pour tous
SOL MIHI UMBRA TIBI : le soleil pour moi, l’ombre pour toi
SOL REGIT OMNIA : le soleil dirige tout
SOL REX REGUM : soleil, roi des rois
SOL SOLUS SOLO SALO : Seul le Soleil commande à la terre et à la mer
SOLE NITENTE LOQUOR ; TACEO SINE SOLIBUS HORAS : TU NISI FORTE POTES DICERE VERA, TACE. : Lorsque le
soleil brille, je parle ; sans soleil je me tais. Toi-même, si d’aventure tu ne peux pas dire la vérité, tais toi
SOLI, SOLI, SOLI : au seul soleil de la terre
SOLIS MENDACES ARGUIT HORAS : Les heures du Soleil sont menteuses.
TEMPORA MUTANTUR ET NOS MUTAMUR IN ILLIS : les temps changent et nous changeons avec eux.(*)
TEMPUS FUGIT : le temps s’enfuit
TRISTIS EST SINE SOLE DOMUS : la maison est triste sans soleil
TU NISI FORTE POTES DICERE VERA, TACE : Toi-même, si d’aventure tu ne peux pas dire la vérité, tais toi.
UMBRA VELUT FUGIMUS UNA : nous nous enfuyons comme une seule heure
UNA DABIT QUOD NEGAT ALTERA : une te donnera ce qu’une autre refuse
UT FUGIT HORA BREVIS, SIC TUA VITA PERIT :Ta vie périt comme fuit l’heure rapide
UTERE DUM LICEAT : Profite tant qu’il est possible.
VELUT UMBRA FUGIT HOMINUM VITA : comme l’ombre s’enfuit la vie des hommes
VITA IN MOTU : la vie est dans le mouvement
VULNERANT OMNES, ULTIMA NECAT : elles blessent toutes, la dernière tue

(*) Elle n’est pas de Bob Dylan, mais de Lothaire 1er, empereur carolingien.



Laisser un commentaire