Choix

acidicporte.jpg
© Lacroix, 2007
Rue Harmony (Quartier Centre-Sud)

L’Oracle : [...] On ne voit pas plus loin que les choix qu’on ne peut pas comprendre.
— Extrait du film Matrix Reloaded, Andy et Larry Wachowski
____________________________________________

J’ai utilisé une technique qui reproduit l’effet d’un traitement croisé (en photographie argentique, chaque support — film ou papier — doit être développé dans un produit chimique spécifique). La transgression délibérée des règles repousse les limites de la créativité. L’utilisation d’un traitement prévu pour le papier avec un film donne des couleurs faussées, accentuées et très contrastées. Cette technique était populaire en photo de mode et en paysage urbain dans les années 80. L’effet, ici, est celui d’un flim négatif couleur dédié au procédé C-41, développé avec le procédé E-6, dédié au film inversible (diapositive).



Koan visuel

balai.jpg
© Lacroix, 2007
escalier.jpg
© Lacroix, 2007
Entrée de Lezarts (Quartier Centre-Sud)

En allant chercher mon courrier, ce matin, j’ai trouvé que l’entrée avait un côté insolite. Souvent, une vue fragmentaire du sujet se révèle plus intéressante qu’une vue d’ensemble, habituellement chargée d’éléments distrayants. Les édifices sont de grandes sculptures habitables où la lumière est un élément important.

En photo, la lumière est essentielle [photographie vient du grec phôtos (lumière) et de graphein (écrire)]. Donc, pas de lumière, pas de photo.

Ce qui compte, c’est la façon dont on voit le sujet, la manière l’interpréter. Une forme, quelle qu’elle soit, éclairée, produira des ombres qui produiront d’autres formes.

Les photos abstraites, ou proches de l’abstraction par leur point de vue, sont rarement monosémiques. Ce sont souvent des exercices de style et de composition.

Dans cette photo, il y des tensions et des oppositions : verticale/horizontale, parallèle/convergent, clair/obscur, lisse/texture, plein/vide, etc.

Le travail du photographe est de savoir équilibrer les éléments de l’image, les harmoniser. Un peu comme résoudre une énigme ou une charade. Cela n’a pas nécessairement un sens ou message. Cette photo est une recherche esthétique sur ce que j’ai vu. C’est la réponse que je donne, la solution que je propose à ce koan visuel. Aujourd’hui, avec cette lumière et ma sensibilité du moment.

L’urbain que je suis est un pèlerin en quête de beauté simple souvent cachée. Je trouve ces détails architecturaux plus intéressants que l’ensemble du bâtiment.



Combinaison

crw0311.jpg
© Lacroix, 2007
Ville de Québec


Il faut que deux personnes s’accouplent pour concevoir un enfant, il faut aussi la conjonction de deux concepts, l’union de deux de notions qui s’emboitent, pour donner naissance à une nouvelle idée. La création est la rencontre et la combinaison de la réalité et avec l’imaginaire.
__________________________________________

J’aivais l’occasion, pour un après-midi, de me promener à Québec. J’ai parcouru le quartier touristique du Petit-Champlain. Trop bondé. J’ai passer mon temps à explorer les rues aux allentours du vieux séminaire et du château Frontenac.

J’ai trouvé l’image ci-dessus dans une cour à l’arrière d’une maison. D’abord attiré par le vase, le motif des pavés m’a intrigué. Et puis, j’ai cherché un point de vue permettant la combinaison des deux éléments pour en maximiser l’effet.

L’ocasion et surtout l’endroit était idéal pour essayer mon nouvel objectf 18-30 (qui donne 28-75 sur mon boîtier facteur 1,6). Les rues sont très étroites et celles de traverses sont en côte.

crw0296.jpg
© Lacroix, 2007
crw0297.jpg
© Lacroix, 2007



Discrétion

t2290x192085.jpg
© Lacroix, 2007
Bloc de ciment, morceau de bois et vieux clou rouillé. Jardin de Lezarts (Quartier Centre-Sud)

Tout sur cette terre nous interpelle, nous fait signe, mais si délicatement que nous passons souvent sans rien voir.



Voyage

crw6510.jpg
© Lacroix, 2007
Voies ferrées, frontière est du quartier Centre-Sud, vues du viaduc de la rue Sainte-Catherine.

Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux.
— Marcel Proust



12