Au-delà de la réalité

centredesignrampecopy.jpg
© Lacroix, 2007
Main-courante, Centre du design, UQAM

La création s’élève « au-delà de la réalité ». Si nous voulons réaliser une photographie d’un sujet, nous devons imaginer la manière de traduire efficacement notre expérience visuelle et notre émotion.

Si nous comprenons bien la technique photographie, nous pourrons non seulement reproduire le sujet, mais aussi, et c’est l’objectif, y ajouter quelque chose de notre propre expérience.

Pour créer une image « au-delà de la réalité » pour que notre photographie atteigne toute sa force d’interprétation, nous devons être réceptifs et maîtriser sa technique.

Reconnaître l’image potentielle, la prévisualiser et la réaliser par l’application d’une technique font partie de la même expérience.

Notre capacité à obtenir l’image souhaitée sera, cependant, limitée par notre maîtrise de la technique. Il n’est pas possible de remplacer une bonne technique ; il peut y avoir tech-nique sans art, mais non art sans technique.

La photographie peut être une expérience intense et amplificatrice si nous sommes à l’écoute de nos sentiments, car ils sont le révélateur de notre implication devant un sujet, une scène.

La tâche de transposer visuellement nos réactions, nos humeurs et nos émotions est à la base de l’élaboration d’une vision personnelle.

À la prise de vue

1. D’abord, iI faut compter un certain temps pour définir ses sentiments. Attendre avant de déclencher l’obturateur. On se laisse imbiber par le sujet.

2. II est souvent utile de donner un nom à ce qu’on éprouve : sérénité, peur, jouissance, bonheur, choc, excitation. Être aussi précis que possi-ble a identifier son émotion.

3. Ensuite, on analyse les éléments visuels associés à ces sentiments. La vue d’un orage approchant suscite la peur ou un étal de fruits nous réjouit. En cas de difficulté à définir les sentiments, on peut compléter la phrase suivante : « Je me sens _________ parce que je vois ___________ »

4. Finalement, on concentre nos efforts sur les composantes de la scène qui suscitent votre réaction. Elles doivent constituer l’essentiel de votre photographie. N’y ajouter d’autres éléments que si nécessaire. Ce concentré doit être organisé en une composition équilibrée et se rappelant que moins c’est mieux.

Nos réactions et nos sentiments sont totalement personnels, telles seront les images qu’ils auront permis de produire.

Une fois achevée, la photographie doit parler d’elle-même, il est impossible de traduire en mots la charge émotionnelle expressive et esthétique d’une photographie. On peut décrire et analyser la technique utilisée, considérer les aspects pratiques ou les rapports historiques, mais il n’existe aucun langage, sinon le sien propre, qui traite de l’essence créative de l’image.

La photographie est un outil de communication et un moyen d’expression. Elle peut choquer, éclairer ou stimuler, faire rire ou pleurer; elle peut être acceptée ou rejetée…



Laisser un commentaire